Les pratiques funéraires, 2000 ans d’histoire

66C6
Les pratiques funéraires, 2000 ans d’histoire
 photo F Hernandez

Les pratiques funéraires sont un révélateur de la place des morts et de leurs rapports avec les vivants. Influencées par les croyances, les coutumes, les événements et les connaissances, elles ont varié au fil des siècles et constituent un bon observatoire de la société des vivants.

L’exemple de La Garde-Adhémar, en pays rural, s’insère pleinement dans les récentes perspectives de recherches archéologiques et historiques. Il permet d’appréhender, sur un temps long, la nouvelle organisation funéraire qui découle du passage de la nécropole antique au cimetière chrétien. Au XIXe siècle naissant, la nécessité d’éloigner les morts des vivants et la volonté d’établir un véritable culte des morts entraînent l’apparition du cimetière moderne et la municipalisation de la gestion des défunts. Actuellement, la société peut-elle se satisfaire  d’une marche vers un culte du souvenir des morts sans expression collective ?

Françoise Hernandez, historienne