Le couvent des Carmes à Beauvoir en Royans et jardin zen d’Erik Borja

65E6
Le couvent des Carmes à Beauvoir en Royans et jardin zen d’Erik Borja
 Couvent des Carmes, photo Pethrus

Le couvent des Carmes à Beauvoir en Royans

 Situé au sein du bourg médiéval fortifié de Beauvoir-en-Royans, au cœur d’un environnement naturel préservé, le couvent des Carmes surplombe la vallée de l’Isère, sous les contreforts du massif du Vercors. Cet ancien couvent restauré du XIV ème siècle renoue avec le passé pour une découverte de l’histoire des Dauphins, des moines des Carmes et de la flore du Vercors et vit aujourd’hui au rythme des nombreux événements qui s’y déroulent.

Le jardin zen d’Erik Borja à Beaumont-Monteux

 Avec son étang, son étendue de graviers et ses pins verticaux symbolisant l’élévation spirituelle, l’espace de méditation distille une douce harmonie.  C'est un parcours initiatique du jardin de méditation au jardin de thé en passant par le jardin de promenade, le vallon du dragon, les terrasses méditerranéennes.

Date :
  • 27 juin 2019 à 07H30
Lieu / Point de rendez-vous :
Parking de l'ancienne gare SNCF
Tarif :
Tarif adhérent : 27 €
Informations complémentaires :
Le tarif comprend le trajet en car A/R et les visites.
Départ 7h30
Retour vers 19h15.
Déjeuner : Repas tiré du sac.

minimum de participants: 40
maximum de participants: 50
Remboursement :
Annulation session du 27/06/2019
Jusqu'au 09 Juin Entre le 10 Juin et le 20 Juin Après le 20 Juin
27 € 22 € 0 €

Claude, un empereur au destin singulier, et Lugdunum

65E1
Claude, un empereur au destin singulier, et Lugdunum
 Claudius, photo Jastrow (public domain)

Musée des Beaux Arts à Lyon : Claude

Il y a un peu plus de 2000 ans, naissait à Lyon Tiberius Claudius Drusus ; 51 ans plus tard, il fut proclamé empereur par la garde prétorienne après l’assassinat de Caligula, en 41 de notre ère.

D’alliances en stratégie politiques, la vie de l’empereur Claude est présentée à travers plus de 150 œuvres : statues, bas-reliefs, objets de la vie courante, peintures…

L’exposition invite le visiteur à la redécouverte d’un homme dont, de manière inattendue, le destin décida qu’il serait un grand empereur romain.

Lugdunum, site antique de Lyon

C’est un parcours en spirale parsemé d’espaces d’exposition qui nous attend. Mais c’est à la gastronomie que nous nous intéresserons plus particulièrement : la vaisselle utilisée et la manière de manger à l’époque gallo-romaine. Une découverte qui nous réserve bien des surprises dans ce musée audacieux, presque invisible depuis l’extérieur, qui se fond dans le paysage d’un site archéologique unique. Une véritable remontée dans le temps.

Les incunables aux archives départementales de l’Ardèche à Privas

65E2
Les incunables aux archives départementales de l’Ardèche à Privas
 Erfurt, photo M. Wolgemut

Le mot incunable vient du latin inculabulum qui veut dire "berceau". Il concerne les livres produits depuis l'invention de l'imprimerie par Gutenberg (1455) jusqu'à l'année 1500.

Les incunables ressemblent beaucoup aux manuscrits médiévaux. Le texte y est dense. Des blancs sont laissés pour permettre aux possesseurs les plus fortunés de les faire illustrer par des enlumineurs. Peu à peu la typographie s’enrichit de caractères, de ponctuation, d’alinéas pour aérer le texte et donner des repères de lecture.

Les ouvrages présentés proviennent de la mise sous séquestre de la bibliothèque du Grand séminaire de Viviers suite à la loi de Séparation de l'église et de l’état (1905). Imprimés entre 1470 et 1535, ils donnent un aperçu des caractéristiques des premiers livres. Du fait de leur provenance, ils traitent en majorité de religion mais aussi de littérature et de sciences.

NÎMES, Musée de la Romanité

65E3
NÎMES, Musée de la Romanité
 Nîmes, musée de la romanité, photo JA

NÎMES, Musée de la Romanité : un des plus grands projets architecturaux contemporains en France.

Dès l’accueil, un spectaculaire vestige d’un fronton de propylée, entièrement reconstitué et restauré, placé à 15 mètres du sol, symbolise l’entrée du sanctuaire de la source qui donna naissance à la ville.

Enveloppé dans sa façade ondulée de verre translucide rappelant une mosaïque, ce nouveau grand musée archéologique de 9 200m2, qui fait face aux Arènes, invite le visiteur à vivre une expérience unique pour un voyage dans le temps au fil de l’histoire de Nîmes, du VII ème siècle avant JC jusqu’au Moyen-Âge, à travers une muséographie très innovante.

Visite guidée de Nîmes

Nous cheminerons à la découverte des édifices de prestige mais aussi du patrimoine de Nîmes au fil des siècles :  visite du  secteur sauvegardé, avec ses façades et ses cours d’honneur d'hôtels particuliers, qui reflétaient l’art de vivre et de construire à Nîmes du XVIème au XVIIIème siècle.

Ruisseaux et mares temporaires

65E4
Ruisseaux et mares temporaires
 Résurgence temporaire, photo JS

Lieu : secteur Chandolas - St Alban Auriolles ou Lanas

Les plateaux calcaires du sud de l'Ardèche sont couverts de garrigues qui témoignent de la sécheresse régulière. Néanmoins, en quelques lieux bien précis, des résurgences jaillissent et des mares se forment à la moindre pluie. Parfois l’homme a même créé des points d’eau pour ses troupeaux.

Ces écosystèmes aquatiques ou humides contrastent avec le milieu environnant en abritant des végétaux et des animaux surprenants par leur adaptation ou leur rareté.

Distance de marche : 6 à 7 km

Equipement : chaussures de marche, vêtements adaptés aux conditions météo, eau, pique-nique, en-cas, chaussettes de rechange, et éventuellement loupe, jumelles et bâtons de marche.

De Cézanne à Picasso, la collection Thannhauser et visite de la cathédrale d’Aix en Provence

65E5
De Cézanne à Picasso, la collection Thannhauser et visite de la cathédrale d’Aix en Provence
 Cathédrale Aix, photo Okki

Hôtel de Caumont :  De Cézanne à Picasso, la collection Thannhauser.

L’exposition présente les chefs-d’œuvre du Guggenheim de New-York. 44 peintures et 4 sculptures d’artistes impressionnistes et modernes, dont Edouard Manet, Edgar Degas, Paul Cézanne, Vincent Van Gogh et Pablo Picasso, sont, pour la première fois, présentés en Europe, depuis leur arrivée à New-York, il y a plus d’un demi siècle.

Aix en Provence, visite de la cathédrale et du cloître.

La Cathédrale Saint Sauveur est le plus grand édifice religieux d'Aix en Provence.

La construction a commencé au XIIème siècle : on bâtit alors la nef romane. Elle sera plus tard enrichie par des ornements, des retables, chefs d’œuvre de la peinture française de la fin du Moyen Âge. Nous admirerons le tryptique "Le Buisson ardent" , pièce maitresse du monument réalisée au XVème  siècle.

La légende veut que le monument ait été construit à l'emplacement d'un temple romain dédié à Apollon. La cathédrale Saint Sauveur est située sur le tracé de la voie Aurélienne, une route romaine allant jusqu'en Italie.

LYON, Musée des Confluences : Yokainoshima, esprits du Japon

64E1
LYON, Musée des Confluences : Yokainoshima, esprits du Japon
 Musée des Confluences, photo JS

Laissons-nous guider, dans cette île aux esprits, depuis les fondements des spiritualités japonaises, par les divinités et les forces naturelles qui nous entourent.

Dans les rites masqués japonais, le port de costumes permet de se métamorphoser en dieu, en démon ou encore en animal et ainsi les invoquer, les incarner et les représenter.

L’exposition trace un lien entre les photographies contemporaines de Charles Fréger, qui donnent à voir un grand nombre de figures masquées rituelles et les collections japonaises du musée.

 

LYON, visite du quartier des Confluences.

Depuis la fin des années 1990, la Confluence – ce lieu où la Saône et le Rhône se rejoignent au sud de Lyon – est le théâtre de profondes transformations.

C’est un modèle d'urbanisme contemporain, où l'aménagement a été imaginé dans sa globalité : habitat, commerces et services, espaces de loisirs, modes de transports doux où l'environnement est préservé.

Le quartier des Confluences se veut une sorte de vitrine du futur. C’est un festival architectural époustouflant signé de noms prestigieux. Nous découvrirons ce  site géographique exceptionnel où depuis des siècles l’homme dialogue avec les fleuves.

Parcours artistique « Le partage des eaux »

64E2
Parcours artistique « Le partage des eaux »
 Mazan, photo JA

Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche.

La ligne invisible de partage des eaux qui traverse les Monts d’Ardèche a naturellement inspiré un parcours artistique à ciel ouvert.

Une ligne rendue visible par des œuvres d’art contemporain créées en collaboration avec les artistes et le mobilier réalisé par le designer Eric Benqué, à partir des ressources naturelles et des savoir-faire locaux sur des sites géologiques et patrimoniaux remarquables :

  • Le Moure de l’Abéouradou (Borne sur le GR7) : « Le Phare » de Gloria Friedmann
  • L’Abbaye de Mazan (Mazan l’Abbaye) : « Un cercle et mille fragments » de Felice Varini
  • Le Gerbier de Joncs : « La Tour à eau » de Gilles Clément

Des premières œuvres de l’humanité abritées par la Grotte Chauvet aux œuvres contemporaines invitées par le Partage des Eaux, le dialogue est ouvert sur le territoire ardéchois, source d’inspiration et de création.

Chaussures de marche indispensables, environ 8 km, aller et retour et 300 m de dénivelé,  pour « le phare ».

MUCEM et l’Estaque, le chemin des impressionnistes.

64E3
MUCEM et l’Estaque, le chemin des impressionnistes.
 L’Estaque, photo Ignis

MUCEM : Connectivités

C’est une invitation au voyage de l’historien Fernand Braudel (1902-1985), dont la thèse «La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II » nous plonge dans l’histoire des grandes cités portuaires de la Méditerranée des XVIe et XVIIe siècles : Istanbul, Alger, Venise, Gênes, Séville et Lisbonne.

Cette histoire urbaine est également abordée aujourd’hui, à travers l’évolution de territoires portuaires contemporains : les mégapoles d’Istanbul et du Caire et les métropoles de Marseille et de Casablanca. Il s’agit en effet d’aborder la ville en développement comme le lieu vers lequel convergent et s’intensifient les flux, les connections, les échanges et donc le pouvoir.

L’ESTAQUE : le chemin des impressionnistes

Au départ de la jetée du port, empruntez le chemin des peintres et laissez-vous conquérir, par les sites qui ont attirés les artistes des trois époques de la peinture moderne : impressionnisme, fauvisme, cubisme.

Cézanne et Braque, les deux figures majeures, sans oublier Derain, Dufy, Marquet, Friesz, Macke, Renoir, Guigou, Monticelli, ont peint des dizaines de toiles à l’Estaque.

Rare destin, que celui de ce quartier populaire, belvédère remarquable sur le golfe de Marseille qui a inspiré durant 60 ans (1860-1920), les plus grands noms de la peinture.

En parcourant le chemin des peintres, il n’est pas difficile de comprendre leur fascination pour cet endroit…

Musée de Grenoble « Servir les Dieux d’Egypte » et château de Vizille

64E4
Musée de Grenoble « Servir les Dieux d’Egypte » et château de Vizille
 Château de Vizille, photo Coll. Villetaneuse

Musée de Grenoble : Servir les Dieux d’Egypte.

Divines adoratrices, chanteuses et prêtres d’Amon à Thèbes

Cette exposition événement consacrée à l’Egypte antique en partenariat avec le Musée du Louvre offre une approche de la société thébaine à la Troisième Période intermédiaire (1069-664 av. JC), autour du temple de Karnak, principal lieu de culte du dieu Amon. L’importance de ce temple fait de Thèbes un centre politique et économique tout autant que religieux de l’Egypte antique. L’exposition met l’accent sur le rôle des femmes à cette époque.

Un sujet inédit pour une plongée archéologique dans la puissante ville de Thèbes.

VIZILLE : Musée de la Révolution française installé dans  le château du domaine de Vizille

Les collections témoignent de l'état d'esprit des femmes et des hommes contemporains de la Révolution française et des régimes politiques suivants. Le musée présente des œuvres d'art, peintures, sculptures et des objets d'histoire de l'époque révolutionnaire.

Quant aux œuvres du XIXème siècle, elles attestent de la vitalité de la référence à 1789 dans le mouvement qui a conduit à l'établissement de la République française.

L'originalité du musée est surtout de rendre compte de l'histoire à partir des œuvres d'art. Ces dernières ne sont pas de simples illustrations des événements et grands acteurs de la Révolution. Grâce à leur puissance évocatrice, à leur contenu et au contexte de leur création, elles nous permettent de mieux pénétrer l'esprit de cette époque.