Ernest Pignon-Ernest et la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon

67E1
Ernest Pignon-Ernest et la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon
 Chartreuse Notre-Dame du Val de Bénédiction, photo Velvet

Avignon

Ernest Pignon-Ernest est considéré comme l’initiateur du « street art ». Ses images grand format à la pierre noire, au fusain, les collages qu’il réalise dans les rues des villes et sur les murs des cités depuis près de 60 ans sont caractéristiques de son travail.

« Ecce Homo » propose une intervention plastique dans le réel et les résonances symboliques, mythologiques, sacrées, anthropologiques, politiques, événementielles. Près de 400 oeuvres documentent depuis plus de cinquante ans l’indicible violence du quotidien, réhabilitent ceux que notre société choisit de ne plus voir.

La Chartreuse de Villeneuve lez Avignon

Lors de l’installation de la papauté en Avignon (1305-1376), Villeneuve lez Avignon devient un des lieux de villégiature de la cour pontificale. Le cardinal Aubert y établit sa résidence et, devenu pape Innocent VI, agrandit son palais, ajoute une chapelle, en confie la décoration au peintre Matteo Giovannetti, acquiert des terres et crée une communauté de chartreux. La Chartreuse du Val de Bénédiction ne cessera ensuite de s’agrandir pour devenir, au milieu du XVIIème siècle, la plus riche de France.

L’étendue exceptionnelle sur plus de 17 000 m2 de ce monastère du XIVème siècle magnifiquement restauré est insoupçonnable de l’extérieur.

Date :
  • 6 février 2020 à 07H30
Lieu / Point de rendez-vous :
Parking de l'ancienne gare SNCF
Tarif :
Tarif adhérent : 43 €
Informations complémentaires :
Le tarif comprend le trajet en car A/R et les visites.
Départ 7h30
Retour vers 19h
Repas libre

minimum de participants: 40
maximum de participants: 50
Remboursement :
Annulation session du 06/02/2020
Jusqu'au 19 Jan Entre le 20 Jan et le 30 Jan Après le 30 Jan
43 € 34 € 0 €

Aix en Provence : Vasarely et le Camp des Milles

67E2
Aix en Provence : Vasarely et le Camp des Milles
 Pecs (Hongrie), photo Zsolt

Fondation Vasarely

Précurseur, visionnaire, Victor Vasarely devient l’un des artistes hors normes du XXème siècle. Le plasticien-chercheur, comme il aimait à se définir, convie le visiteur à une expérience unique au cœur du Centre architectonique : découvrir au gré d’une déambulation la « beauté mouvante et émouvante des formes ».

Pour lui « l’art sert à changer la vie ». Il utilise la géométrie, associe formes et couleurs et crée l’illusion de l’espace, du volume, du mouvement, pour, dit-il : « combattre les nuisances visuelles et réaliser la cité polychrome du bonheur ».

Le Camp des Milles

L’histoire de ce lieu débute à l’entrée en guerre, en 1939, lorsque les autorités françaises décident d’interner les ressortissants allemands et autrichiens présents sur le territoire, dont la plupart avaient fui le régime nazi.

Après l’armistice de juin 1940, il devient le camp de transit de tous les indésirables de la Zone sud en instance d’immigration. 10 000 personnes transitèrent dans ce camp dont 2000 furent déportées, avant que le camp ne se mue, d’août à septembre 1942, en antichambre de la mort.

 

 

Date :
  • 12 mars 2020 à 07H00
Lieu / Point de rendez-vous :
Parking de l'ancienne gare SNCF
Tarif :
Tarif adhérent : 41 €
Informations complémentaires :
Le tarif comprend le trajet en car A/R et les visites.
Départ 7h
Retour vers 20h
Repas tiré du sac

minimum de participants: 40
maximum de participants: 50
Remboursement :
Annulation session du 12/03/2020
Jusqu'au 23 Fév Entre le 24 Fév et le 05 Mar Après le 05 Mar
41 € 33 € 0 €

Montpellier : le MOCO et le musée Fabre

67E3
Montpellier : le MOCO et le musée Fabre
 Renoir, Bazille peignant, public domain

Le MOCO (Montpellier contemporain) est une structure artistique qui réunit deux lieux d’exposition : La Panacée et l’Hôtel des collections, ainsi qu’un jardin poétique, invitant au repos, à la relaxation et à la détente.

L’union de l’art et de l’artisanat sont mis à l’honneur à travers les œuvres sélectionnées par Catherine Petitgas, collectionneuse, mécène et historienne de l'art, spécialisée en art moderne et contemporain.

Brésil, Colombie, Pérou, Vénézuela, qu’importe le pays de naissance de ces artistes sud-américaines, Catherine Petitgas cherche avant tout, dans chaque rencontre, la stimulation intellectuelle et le partage des points de vue. Son plus grand désir ? Qu’on se souvienne d’elle comme d’une femme qui a aidé les artistes à réaliser leurs rêves. Ne serait-ce pas là la définition d’une marraine ou d’une bonne fée ?

Musée Fabre : Parcours XIXème siècle et XXème siècle

La naissance du Romantisme est l’un des points de départ du parcours des collections de peintures et de sculptures modernes.

Les grands courants artistiques du XIXème siècle rythment la visite des salles de l’ancien Collège des Jésuites, jusqu'à l'apparition de l'abstraction qui consacre le renouveau de la peinture au début du XXème siècle.

L’époque contemporaine et la prolifération des nouvelles technologies de l'image libère alors la peinture de ses carcans traditionnels.

Date :
  • 9 avril 2020 à 06H45
Lieu / Point de rendez-vous :
Parking de l'ancienne gare SNCF
Tarif :
Tarif adhérent : 32 €
Informations complémentaires :
Le tarif comprend le trajet en car A/R et les visites.
Départ 6h45
Retour vers 19h45
Repas libre

minimum de participants: 40
maximum de participants: 50
Remboursement :
Annulation session du 09/04/2020
Jusqu'au 22 Mar Entre le 23 Mar et le 02 Avr Après le 02 Avr
32 € 26 € 0 €

Musée des vallées cévenoles et la bambouseraie

67E4
Musée des vallées cévenoles et la bambouseraie
 Filature Maison Rouge, photo Shashin

Saint Jean du Gard : Musée des vallées cévenoles

Maison Rouge est un lieu symbole chargé d'histoire et de mémoire qui présente la vie quotidienne rurale et les métiers des Cévennes traditionnelles. Après une présentation générale où l’histoire de la Réforme tient la première place, le visiteur aborde la vie matérielle des Cévenols : de la construction des terrasses à dos d’homme, en passant par les questions hydrauliques où l’eau apparaît à la fois dévastatrice et indispensable à la vie. Le visiteur prend conscience que la survie des hommes dans ce pays n’a été qu’une longue lutte acharnée contre une nature qu’il a fallu conquérir.

Une place remarquable est donnée au châtaignier et à la sériciculture, complétée par la filature de la soie, qui sont les deux piliers de la civilisation cévenole : « l’arbre à pain » et « l’arbre d’or ».

La conjugaison parfaite d’une filature cévenole et d’un musée contemporain.

Anduze : la bambouseraie

Une promenade surprenante au coeur d'un jardin exotique.

La bambouseraie de Prafrance fut créée en 1856 par le botaniste cévenol Eugène Mazel. Parti en Extrême-Orient afin d'étudier les variétés de mûriers propices à l'élevage du ver à soie, il en rapporta de nombreuses plantes exotiques, en particulier des bambous.

Ce fantastique jardin nous transporte instantanément dans un décor exceptionnel sur 12 hectares, avec le jardin aquatique, la forêt de bambous, l'allée des palmiers de Chine, le jardin japonais, le labyrinthe, le jardin des bassins d'Eugène ou encore les serres Mazel.

Unique en Europe, la bambouseraie est classée Jardin Remarquable et Monument Historique.

Date :
  • 15 mai 2020 à 07H30
Lieu / Point de rendez-vous :
Parking de l'ancienne gare SNCF
Tarif :
Tarif adhérent : 30 €
Informations complémentaires :
Le tarif comprend le trajet en car A/R et les visites.
Départ 7h30
Retour vers 19h30
Repas tiré du sac

minimum de participants: 40
maximum de participants: 50
Remboursement :
Annulation session du 15/05/2020
Jusqu'au 27 Avr Entre le 28 Avr et le 08 Mai Après le 08 Mai
30 € 24 € 0 €

Patrimoine naturel et humain en Cévennes d’Ardèche

67E5
Patrimoine naturel et humain en Cévennes d’Ardèche
 Moulin de Marceau, photo CP

Les Cévennes d’Ardèche recèlent un patrimoine exceptionnel, c’est le résultat des interactions entre l’homme et la nature depuis des siècles.

Cette sortie à Faugères nous permettra d’observer le paysage, ses aménagements par l’homme, la flore et la faune environnantes et d’en aborder les diverses évolutions à travers l’histoire.

Nous visiterons le moulin de Marceau et ses aménagements avec Christian Paladel .

Enfin, nous essaierons de déterminer ensemble en quoi ces patrimoines sont des atouts pour l’avenir de ces vallées.

Distance de marche : 7 Km. Terrain accidenté.

Equipement : chaussures de marche, vêtements adaptés aux conditions météo ( prévoir un pull dans tous les cas ), eau, pique-nique, en-cas, chaussettes de rechange, et éventuellement loupe, jumelles et bâtons de marche.

Dimitri Moine, accompagnateur de moyenne montagne.

Date :
  • 5 juin 2020 à 08H00
Lieu / Point de rendez-vous :
Parking de l'ancienne gare SNCF
Tarif :
Tarif adhérent : 18 €
Informations complémentaires :
Transport individuel
chaussures de marche
Distance de marche : 7 km
Repas tiré du sac
Départ 8h00
Retour vers 17h00

minimum de participants: 10
maximum de participants: 40

Chavagnac-Lafayette et Le Puy-en-Velay

66E1
Chavagnac-Lafayette et Le Puy-en-Velay
 Château de Chavagnac-Lafayette, photo C.Bardot

Château Lafayette à Chavagnac-Lafayette

Au cours de la visite du château, dans un décor de style XVIIIème, il vous sera permis de pénétrer dans le monde secret de la vie du Marquis Gilbert Motier de La Fayette connu pour son combat pour la liberté, acteur incontournable de l'Indépendance des Etats Unis. Il s'inspira du modèle américain pour participer à la rédaction de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.

Ensuite nous découvrirons les arbres et la roseraie du parc classé « jardin remarquable ».

Au Puy-en-Velay, le musée Crozatier

Très diversifiées, les collections revêtent un caractère encyclopédique remarquable.

Quatre ensembles rythment la visite :
*La galerie historique présente des collections locales de la Préhistoire à la Renaissance.
*La galerie du Velay est consacrée aux pèlerinages ancestraux ainsi qu'à la dentelle.

*La galerie des Beaux-Arts.

*La galerie des sciences et des techniques présente des collections de paléontologie et d'histoire naturelle,

L’Isle sur la Sorgue et château Lacoste

66E2
L’Isle sur la Sorgue et château Lacoste
 Crouching spider, Louise Bourgeois, photo MS

Château Lacoste

Un domaine où les vignes, l’art et l’architecture s’expriment librement. Artistes et architectes y participant sont invités à visiter le Domaine et à découvrir la beauté de ses paysages. Puis, la liberté leur est donnée dans le choix de l’emplacement et de l’œuvre créée. Le Domaine continue de se développer avec un certain nombre d’installations à venir.
Venez vous promener à travers bois, collines, champs d’oliviers et vignes du Domaine afin de découvrir les œuvres d’art et installations des artistes et architectes contemporains invités.

Réservé aux bons marcheurs (2 h de marche, chemins caillouteux et pentus)

La Filaventure : musée sensoriel des fibres nobles

La Filaventure est le musée sensoriel des fibres nobles de la Manufacture Brun de Vian-Tiran. Celle-ci est établie depuis 1808 au cœur de la ville de l'Isle-sur-la-Sorgue.

Un parcours immersif et pédagogique d'une durée de 1h30 pour :

- la découverte des fibres nobles et du métier de lainier
- l'exploration des 5 continents en quête des fibres exceptionnelles
- les étapes de transformation de la fibre à l'étoffe
- les spécificités de chaque matière, de la balle de laine au produit fini

Tournon et Annonay sur les traces de Marc Seguin

66E3
Tournon et Annonay sur les traces de Marc Seguin
 Tournon, collection champannet

Cette sortie d’une journée a pour but de compléter la conférence sur Marc Seguin, en s’approchant d’un peu plus près de cet homme d’exception.

Nous ferons un arrêt au château-musée de Tournon où une salle est consacrée à Marc Seguin avec diverses maquettes et des vestiges du premier pont suspendu.

Nous nous arrêterons sur la passerelle de Tournon-sur-Rhône, qui conserve un certain nombre d’éléments d’origine, cette passerelle date de 1845. Le tout premier pont de Marc Seguin à Tournon, datant de 1825, a été démonté dans les années 1960 pour des raisons de gêne au trafic fluvial.

Enfin, nous aurons le privilège de visiter, près d’Annonay, la dernière propriété de Marc Seguin, qui appartient toujours à la famille. Marc Seguin l’avait acquise à près de 75 ans, il y a passé les 15 dernières années de sa vie. Toujours animé par une soif de recherches et de connaissance, il y a aménagé un observatoire astronomique, une serre à double paroi, un laboratoire de chimie, un atelier de mécanique, une forge, une menuiserie, un atelier de peinture et de sculpture, une bibliothèque remarquable...

Arles et Abbaye de Montmajour

66E4
Arles et Abbaye de Montmajour
 Abbaye de Montmajour, photo Len'Alex

Le musée Reattu à Arles

Construit à la fin du XVème siècle, le Grand-Prieuré de l’Ordre de Malte doit sa destinée à Jacques Réattu (1760-1833), peintre arlésien et Grand Prix de Rome, qui en fit sa maison, son atelier et le laboratoire de ses rêves. Le musée présente une collection qui s'étend du XVIIème siècle à nos jours.

Ouvert à la photographie dès les années 60 (4000 œuvres aujourd’hui), enrichi par des dons d’exception (Picasso, avec 57 dessins et deux peintures, Alechinsky…), très sensible à la sculpture (Germaine Richier, Toni Grand…), le musée a créé en 2008 une chambre d’écoute dédiée à l’art sonore.

L'établissement, sur 3 niveaux, comporte de nombreux escaliers qui peuvent rendre difficile la visite pour les personnes à mobilité réduite

L'abbaye de Montmajour

Bâtie en plein coeur du pays d’Arles, l’abbaye de Montmajour rassemble huit siècles d’histoire architecturale : un monastère primitif carolingien en partie troglodytique flanqué d’une nécropole rupestre, une abbatiale romane à deux niveaux, une chapelle de pélerinage médiévale, une tour fortifiée pendant la guerre de Cent Ans, enfin les ruines grandioses d’un monastère classique au dessin épuré, presque citadin. Juchée à flanc de rocher sur une ancienne île désertique, elle domine tout le marais d’Arles dans un site dont la grandeur sauvage est propice à la méditation qui fascina notamment Van Gogh.

La visite de l'abbaye comprend 180 marches.

 

Claude, un empereur au destin singulier, et Lugdunum

65E1
Claude, un empereur au destin singulier, et Lugdunum
 Claudius, photo Jastrow (public domain)

Musée des Beaux Arts à Lyon : Claude

Il y a un peu plus de 2000 ans, naissait à Lyon Tiberius Claudius Drusus ; 51 ans plus tard, il fut proclamé empereur par la garde prétorienne après l’assassinat de Caligula, en 41 de notre ère.

D’alliances en stratégie politiques, la vie de l’empereur Claude est présentée à travers plus de 150 œuvres : statues, bas-reliefs, objets de la vie courante, peintures…

L’exposition invite le visiteur à la redécouverte d’un homme dont, de manière inattendue, le destin décida qu’il serait un grand empereur romain.

Lugdunum, site antique de Lyon

C’est un parcours en spirale parsemé d’espaces d’exposition qui nous attend. Mais c’est à la gastronomie que nous nous intéresserons plus particulièrement : la vaisselle utilisée et la manière de manger à l’époque gallo-romaine. Une découverte qui nous réserve bien des surprises dans ce musée audacieux, presque invisible depuis l’extérieur, qui se fond dans le paysage d’un site archéologique unique. Une véritable remontée dans le temps.

Les incunables aux archives départementales de l’Ardèche à Privas

65E2
Les incunables aux archives départementales de l’Ardèche à Privas
 Erfurt, photo M. Wolgemut

Le mot incunable vient du latin inculabulum qui veut dire "berceau". Il concerne les livres produits depuis l'invention de l'imprimerie par Gutenberg (1455) jusqu'à l'année 1500.

Les incunables ressemblent beaucoup aux manuscrits médiévaux. Le texte y est dense. Des blancs sont laissés pour permettre aux possesseurs les plus fortunés de les faire illustrer par des enlumineurs. Peu à peu la typographie s’enrichit de caractères, de ponctuation, d’alinéas pour aérer le texte et donner des repères de lecture.

Les ouvrages présentés proviennent de la mise sous séquestre de la bibliothèque du Grand séminaire de Viviers suite à la loi de Séparation de l'église et de l’état (1905). Imprimés entre 1470 et 1535, ils donnent un aperçu des caractéristiques des premiers livres. Du fait de leur provenance, ils traitent en majorité de religion mais aussi de littérature et de sciences.

NÎMES, Musée de la Romanité

65E3
NÎMES, Musée de la Romanité
 Nîmes, musée de la romanité, photo JA

NÎMES, Musée de la Romanité : un des plus grands projets architecturaux contemporains en France.

Dès l’accueil, un spectaculaire vestige d’un fronton de propylée, entièrement reconstitué et restauré, placé à 15 mètres du sol, symbolise l’entrée du sanctuaire de la source qui donna naissance à la ville.

Enveloppé dans sa façade ondulée de verre translucide rappelant une mosaïque, ce nouveau grand musée archéologique de 9 200m2, qui fait face aux Arènes, invite le visiteur à vivre une expérience unique pour un voyage dans le temps au fil de l’histoire de Nîmes, du VII ème siècle avant JC jusqu’au Moyen-Âge, à travers une muséographie très innovante.

Visite guidée de Nîmes

Nous cheminerons à la découverte des édifices de prestige mais aussi du patrimoine de Nîmes au fil des siècles :  visite du  secteur sauvegardé, avec ses façades et ses cours d’honneur d'hôtels particuliers, qui reflétaient l’art de vivre et de construire à Nîmes du XVIème au XVIIIème siècle.

Ruisseaux et mares temporaires

65E4
Ruisseaux et mares temporaires
 Résurgence temporaire, photo JS

Lieu : secteur Chandolas - St Alban Auriolles ou Lanas

Les plateaux calcaires du sud de l'Ardèche sont couverts de garrigues qui témoignent de la sécheresse régulière. Néanmoins, en quelques lieux bien précis, des résurgences jaillissent et des mares se forment à la moindre pluie. Parfois l’homme a même créé des points d’eau pour ses troupeaux.

Ces écosystèmes aquatiques ou humides contrastent avec le milieu environnant en abritant des végétaux et des animaux surprenants par leur adaptation ou leur rareté.

Distance de marche : 6 à 7 km

Equipement : chaussures de marche, vêtements adaptés aux conditions météo, eau, pique-nique, en-cas, chaussettes de rechange, et éventuellement loupe, jumelles et bâtons de marche.

De Cézanne à Picasso, la collection Thannhauser et visite de la cathédrale d’Aix en Provence

65E5
De Cézanne à Picasso, la collection Thannhauser et visite de la cathédrale d’Aix en Provence
 Cathédrale Aix, photo Okki

Hôtel de Caumont :  De Cézanne à Picasso, la collection Thannhauser.

L’exposition présente les chefs-d’œuvre du Guggenheim de New-York. 44 peintures et 4 sculptures d’artistes impressionnistes et modernes, dont Edouard Manet, Edgar Degas, Paul Cézanne, Vincent Van Gogh et Pablo Picasso, sont, pour la première fois, présentés en Europe, depuis leur arrivée à New-York, il y a plus d’un demi siècle.

Aix en Provence, visite de la cathédrale et du cloître.

La Cathédrale Saint Sauveur est le plus grand édifice religieux d'Aix en Provence.

La construction a commencé au XIIème siècle : on bâtit alors la nef romane. Elle sera plus tard enrichie par des ornements, des retables, chefs d’œuvre de la peinture française de la fin du Moyen Âge. Nous admirerons le tryptique "Le Buisson ardent" , pièce maitresse du monument réalisée au XVème  siècle.

La légende veut que le monument ait été construit à l'emplacement d'un temple romain dédié à Apollon. La cathédrale Saint Sauveur est située sur le tracé de la voie Aurélienne, une route romaine allant jusqu'en Italie.

Le couvent des Carmes à Beauvoir en Royans et jardin zen d’Erik Borja

65E6
Le couvent des Carmes à Beauvoir en Royans et jardin zen d’Erik Borja
 Couvent des Carmes, photo Pethrus

Le couvent des Carmes à Beauvoir en Royans

 Situé au sein du bourg médiéval fortifié de Beauvoir-en-Royans, au cœur d’un environnement naturel préservé, le couvent des Carmes surplombe la vallée de l’Isère, sous les contreforts du massif du Vercors. Cet ancien couvent restauré du XIV ème siècle renoue avec le passé pour une découverte de l’histoire des Dauphins, des moines des Carmes et de la flore du Vercors et vit aujourd’hui au rythme des nombreux événements qui s’y déroulent.

Le jardin zen d’Erik Borja à Beaumont-Monteux

 Avec son étang, son étendue de graviers et ses pins verticaux symbolisant l’élévation spirituelle, l’espace de méditation distille une douce harmonie.  C'est un parcours initiatique du jardin de méditation au jardin de thé en passant par le jardin de promenade, le vallon du dragon, les terrasses méditerranéennes.

LYON, Musée des Confluences : Yokainoshima, esprits du Japon

64E1
LYON, Musée des Confluences : Yokainoshima, esprits du Japon
 Musée des Confluences, photo JS

Laissons-nous guider, dans cette île aux esprits, depuis les fondements des spiritualités japonaises, par les divinités et les forces naturelles qui nous entourent.

Dans les rites masqués japonais, le port de costumes permet de se métamorphoser en dieu, en démon ou encore en animal et ainsi les invoquer, les incarner et les représenter.

L’exposition trace un lien entre les photographies contemporaines de Charles Fréger, qui donnent à voir un grand nombre de figures masquées rituelles et les collections japonaises du musée.

 

LYON, visite du quartier des Confluences.

Depuis la fin des années 1990, la Confluence – ce lieu où la Saône et le Rhône se rejoignent au sud de Lyon – est le théâtre de profondes transformations.

C’est un modèle d'urbanisme contemporain, où l'aménagement a été imaginé dans sa globalité : habitat, commerces et services, espaces de loisirs, modes de transports doux où l'environnement est préservé.

Le quartier des Confluences se veut une sorte de vitrine du futur. C’est un festival architectural époustouflant signé de noms prestigieux. Nous découvrirons ce  site géographique exceptionnel où depuis des siècles l’homme dialogue avec les fleuves.

Parcours artistique « Le partage des eaux »

64E2
Parcours artistique « Le partage des eaux »
 Mazan, photo JA

Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche.

La ligne invisible de partage des eaux qui traverse les Monts d’Ardèche a naturellement inspiré un parcours artistique à ciel ouvert.

Une ligne rendue visible par des œuvres d’art contemporain créées en collaboration avec les artistes et le mobilier réalisé par le designer Eric Benqué, à partir des ressources naturelles et des savoir-faire locaux sur des sites géologiques et patrimoniaux remarquables :

  • Le Moure de l’Abéouradou (Borne sur le GR7) : « Le Phare » de Gloria Friedmann
  • L’Abbaye de Mazan (Mazan l’Abbaye) : « Un cercle et mille fragments » de Felice Varini
  • Le Gerbier de Joncs : « La Tour à eau » de Gilles Clément

Des premières œuvres de l’humanité abritées par la Grotte Chauvet aux œuvres contemporaines invitées par le Partage des Eaux, le dialogue est ouvert sur le territoire ardéchois, source d’inspiration et de création.

Chaussures de marche indispensables, environ 8 km, aller et retour et 300 m de dénivelé,  pour « le phare ».

MUCEM et l’Estaque, le chemin des impressionnistes.

64E3
MUCEM et l’Estaque, le chemin des impressionnistes.
 L’Estaque, photo Ignis

MUCEM : Connectivités

C’est une invitation au voyage de l’historien Fernand Braudel (1902-1985), dont la thèse «La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II » nous plonge dans l’histoire des grandes cités portuaires de la Méditerranée des XVIe et XVIIe siècles : Istanbul, Alger, Venise, Gênes, Séville et Lisbonne.

Cette histoire urbaine est également abordée aujourd’hui, à travers l’évolution de territoires portuaires contemporains : les mégapoles d’Istanbul et du Caire et les métropoles de Marseille et de Casablanca. Il s’agit en effet d’aborder la ville en développement comme le lieu vers lequel convergent et s’intensifient les flux, les connections, les échanges et donc le pouvoir.

L’ESTAQUE : le chemin des impressionnistes

Au départ de la jetée du port, empruntez le chemin des peintres et laissez-vous conquérir, par les sites qui ont attirés les artistes des trois époques de la peinture moderne : impressionnisme, fauvisme, cubisme.

Cézanne et Braque, les deux figures majeures, sans oublier Derain, Dufy, Marquet, Friesz, Macke, Renoir, Guigou, Monticelli, ont peint des dizaines de toiles à l’Estaque.

Rare destin, que celui de ce quartier populaire, belvédère remarquable sur le golfe de Marseille qui a inspiré durant 60 ans (1860-1920), les plus grands noms de la peinture.

En parcourant le chemin des peintres, il n’est pas difficile de comprendre leur fascination pour cet endroit…

Musée de Grenoble « Servir les Dieux d’Egypte » et château de Vizille

64E4
Musée de Grenoble « Servir les Dieux d’Egypte » et château de Vizille
 Château de Vizille, photo Coll. Villetaneuse

Musée de Grenoble : Servir les Dieux d’Egypte.

Divines adoratrices, chanteuses et prêtres d’Amon à Thèbes

Cette exposition événement consacrée à l’Egypte antique en partenariat avec le Musée du Louvre offre une approche de la société thébaine à la Troisième Période intermédiaire (1069-664 av. JC), autour du temple de Karnak, principal lieu de culte du dieu Amon. L’importance de ce temple fait de Thèbes un centre politique et économique tout autant que religieux de l’Egypte antique. L’exposition met l’accent sur le rôle des femmes à cette époque.

Un sujet inédit pour une plongée archéologique dans la puissante ville de Thèbes.

VIZILLE : Musée de la Révolution française installé dans  le château du domaine de Vizille

Les collections témoignent de l'état d'esprit des femmes et des hommes contemporains de la Révolution française et des régimes politiques suivants. Le musée présente des œuvres d'art, peintures, sculptures et des objets d'histoire de l'époque révolutionnaire.

Quant aux œuvres du XIXème siècle, elles attestent de la vitalité de la référence à 1789 dans le mouvement qui a conduit à l'établissement de la République française.

L'originalité du musée est surtout de rendre compte de l'histoire à partir des œuvres d'art. Ces dernières ne sont pas de simples illustrations des événements et grands acteurs de la Révolution. Grâce à leur puissance évocatrice, à leur contenu et au contexte de leur création, elles nous permettent de mieux pénétrer l'esprit de cette époque.